Article paru dans Le Républicain Lorrain du 31 janvier 2010